Léonard de Vinci, le génie de la Renaissance

Saviez-vous que le 15 avril était l’anniversaire de Léonard de Vinci ?

Il est né le 15 avril 1452 à Vinci, en Toscane, et est mort le 2 mai 1519 à Amboise. Peintre, inventeur, ingénieur et scientifique, il est pour beaucoup un esprit universel, qui fascine encore 500 ans après.

Il illustre la Renaissance, avec ses avancées dans les arts mais aussi dans les sciences et, surtout, dans la démarche scientifique.

L’enfance de Léonard de Vinci

Leonardo di ser Piero da Vinci est le résultat d’une relation amoureuse illégitime entre Messer Piero Fruosino di Antonio da Vinci, un notaire, et une pauvre femme de 22 ans, Caterina. Pour éviter les ragots sur cette relation, son père a fait en sorte que Caterina soit mariée rapidement à un fermier local, ami de la famille de da Vinci, Antonio di Piero del Vaccha. Son père se marie 5 fois et au total, Léonard a 10 frères et 2 sœurs !

Léonard n’est pas élevé par ses parents : son père vit principalement à Florence et sa mère s’occupe des cinq autres enfants qu’elle a eus après son mariage. C’est donc plutôt son oncle Francesco et ses grands-parents paternels qui assurent son éducation.

Léonard ne peut pas fréquenter l’une des grandes écoles latines. Par conséquent, il reçoit une éducation plutôt libre avec les autres villageois de son âge. Vers l’âge de dix ans, en 1462, il entre dans une  » école d’arithmétique  » pour les fils de marchands et d’artisans.

Début de la vie active de Léonard de Vinci

À l’âge de 15 ans, Léonard entre dans l’atelier d’Andrea del Verrocchio à Florence, où il rencontre Sandro Botticelli et apprend à peindre. En 1472, Léonard termine son apprentissage et devient maître à l’âge de 20 ans. Adepte de l’art nouveau du clair-obscur, il perfectionne sa technique du sfumato (brumeux) qui adoucit les contrastes et améliore le réalisme des paysages ou des portraits. Il produit déjà des œuvres exceptionnelles, dont Le Baptême du Christ, peint entre 1472 et 1475.

En 1481, il part pour Milan et entre au service du duc Ludovico Sforza. Ses activités sont alors multiples. Il est peintre (il commence  » La Cène  » en 1494) mais aussi ingénieur.

Travaux sur des projets scientifiques

Il travaille sur divers projets techniques, du métier à tisser à l’amélioration des horloges et s’intéresse aux mathématiques. Il conçoit des projets de machines volantes et de machines hydrauliques, imaginant les concepts du scaphandre, de l’hélicoptère, du parachute… On le retrouve également dans une étude sur l’irrigation des cultures par les rivières et les canaux. Urbaniste avant l’heure, il réfléchit à une ville idéale.

Après l’invasion de la Toscane par les Français, il se rend à Venise. Il entre d’abord au service du gouvernement vénitien en tant qu’ingénieur, pour mettre au point une défense de la ville contre d’éventuels envahisseurs. C’est là qu’il conçoit un scaphandre casqué pour évoluer sous l’eau, mais qui ne sera jamais testé.

Dans les années 1500, il retourne à Florence et participe à des travaux hydrauliques. Mais la peinture est toujours au centre de son travail et c’est en 1503 qu’il commence le Portrait de Mona Lisa, qui deviendra  » La Joconde « , un tableau qui ne le quittera plus. On dit qu’il s’agit d’une commande du marchand Francisco del Giocondo à Léonard de Vinci.

À cette époque, Léonard est un passionné de sciences. Il étudie les mathématiques, l’anatomie animale et humaine, ainsi que le vol des oiseaux. Entre 1508 et 1510, il réalise plusieurs études qui sont réunies dans un seul document, le Codex Leicester. Cet ouvrage de 72 pages est écrit en écriture spéculaire (de gauche à droite, ce qui peut être lu à l’aide d’un miroir). Il résume les observations scientifiques dans plusieurs domaines.

Dans toutes ces études, Léonard de Vinci a suivi une méthode rationnelle et rigoureuse basée sur l’observation. Infatigable et éclectique, il dessine, comme en témoignent les documents qui nous sont parvenus, presque tout ce qu’il rencontre, humains, animaux, plantes, mécanismes… Il a le rare privilège d’avoir accès à des cadavres humains, dont il étudie en détail l’anatomie interne, comme le célèbre Homme de Vitruve. En géométrie, il explore de nouvelles formes. Son dessin du rhombicuboctaèdre est devenu célèbre.

Léonard vit ses dernières années italiennes à Rome, au service des Médicis, qui ont longtemps protégé l’artiste. Mais la concurrence de Raphaël et Michel-Ange, étoiles montantes de la peinture et de la sculpture, est rude…

Séjour en France de François Ier

En 1515, François Ier est victorieux à la bataille de Marignan, lors de son séjour, il rencontre Léonard, il est très impressionné par son talent et l’invite à la Cour de France, dans les pays de la Loire. Léonard arrive à Amboise un an plus tard, en 1516, et ramène ses tableaux, notamment la Joconde, dont il ne veut plus se séparer. François Ier, intéressé par l’œuvre, la lui achète et Léonard de Vinci offre son tableau au monarque. Léonard de Vinci, qui vivait au Manoir du Cloux (aujourd’hui le Château du Clos Lucé), était handicapé par des problèmes à la main droite et ne pouvait plus peindre. Il y meurt le 2 mai 1519. Il est enterré dans la chapelle de Saint Hubert à Amboise.

Les dizaines de milliers de documents, notes manuscrites, études, dessins, ont été rapidement dispersés et n’ont été que partiellement récupérés au fil des siècles. Léonard de Vinci n’a peint qu’un nombre limité d’œuvres, moins d’une vingtaine en tout (le Louvre en possède le plus). Il a également laissé de nombreux écrits théoriques et des carnets de dessins, d’une valeur inestimable.

Il existe, par exemple, le Codex Atlanticus, qui est un recueil de dessins et de notes et qui rassemble les principales études techniques de Léonard de Vinci. Il existe de nombreux dispositifs hydrauliques pour le transport ou le pompage de l’eau.

Le saviez-vous ? Les archives judiciaires de 1476 montrent que, avec trois autres hommes, il a été accusé de sodomie sur Jacopo Saltarelli, une pratique qui était illégale à Florence à l’époque. Tous sont acquittés des charges, probablement grâce à l’intervention de Laurent de Médicis, mais Léonard doit passer deux mois en prison pendant l’enquête judiciaire. Jugé pour des actes considérés comme contre-nature à l’époque, Léonard de Vinci est exilé de 1476 à 1478.

In résumé, Léonard de Vinci a inventé plusieurs objets et dispositifs que nous utilisons encore aujourd’hui, mais de manière plus améliorée !

Ses peintures les plus célèbres :

Le Baptême du Christ

1472-1475

Ce tableau a été peint pendant son apprentissage avec Verrochio. Cette œuvre a été commencée par Verrochio et achevée par da Vinci. Elle représente Saint Jean le Baptiste baptisant le Christ dans le Jourdain. Elle est exposée à la Galerie des Offices à Florence.

La Vierge au Rocher

1483-1486

Il existe deux versions de ce magnifique tableau (l’une se trouve au Louvre, l’autre à la National Gallery). Il représente Marie et Jésus dans une grotte. On y voit St Jean Baptiste qui semble être béni par l’enfant Jésus. Surprenant car rien ne dit que St Jean Baptiste n’a pas vraiment rencontré le Christ avant son baptême dans le Jourdain…

L’Homme de Vitruve

Dessin réalisé vers 1490

L’Homme de Vitruve est un célèbre dessin qui représente le corps humain et l’anatomie. Le diagramme de Léonard de Vinci véhicule l’idée que l’homme est le modèle géométrique idéal pour l’architecture !

La Belle Ferronière

1495-1497

Mais qui est cette jeune femme ? Certainement pas l’épouse d’un quincaillier ! C’est Lucrezia Crivelli, la maîtresse de Ludovico Sforza.
C’est l’un des plus beaux tableaux de De Vinci ! La beauté du modèle, la perfection des traits de son visage et la couleur vive de ses vêtements qui se détachent sur le fond noir en font un tableau très vivant !
Cette œuvre est exposée au Louvre.

La Cène

1495-1498

La Cène illustre un verset de l’Évangile où Jésus, entouré de ses disciples, révèle que l’un d’entre eux va bientôt le trahir, l’artiste met en évidence les réactions des apôtres. La perspective et la symétrie sont fabuleuses dans ce tableau ! Ce chef-d’œuvre peut être vu sur son mur d’origine, à Milan, au couvent de Santa Maria delle Grazie.

La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne

1501 – 1519

Ce tableau représente Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant Jésus jouant avec un agneau.
C’est l’un des 3 tableaux que Léonard de Vinci a apporté avec lui lorsqu’il est venu en France en 1516. Ce tableau est plein de douceur, qui est soulignée par les couleurs de la toile et par l’expression du visage de Marie.
Les détails sont extraordinaires ! Regardez les cailloux et les plis des vêtements !

La Joconde / Mona Lisa

1503-1506

La Joconde représente Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo, un riche marchand. La Joconde est connue pour la qualité de la perspective, la beauté du  » sfumato « , son sourire mélancolique et bien sûr pour son regard qui semble suivre le spectateur des yeux. La Joconde est exposée au Musée du Louvre.

Saint Jean Baptiste

1513-1516

Saint Jean Baptiste reconnaissable grâce à sa croix en jonc et à sa peau de bête. Cette œuvre a été commandée par le pape Léon X.. Le tableau serait un hommage au saint patron de Florence. La raison du sourire énigmatique de Saint Jean n’est pas connue, mais certains y voient le modèle de Da Vinci !

Nous espérons que vous avez apprécié cet article !

Inscrivez-vous à notre newsletter ! Nous publions un nouvel article tous les jeudis vers 11h. A bientôt et…soyez curieux !

Laisser un commentaire

Retour haut de page