Le grand Incendie de Londres

Histoire et commémoration du 350E anniversaire de la catastrophe de 1666.

Pour commémorer le 350e anniversaire du grand incendie de Londres, la ville de Londres a organisé en 2016 un festival intitulé « London’s burning ». Il permet aux habitants de Londres de redécouvrir l’histoire de Londres, les sites brûlés par le grand incendie et comment Londres s’est reconstruit.

La nuit dernière, un modèle de Londres de 120 mètres en 1666 a été incendié pour montrer l’étendue de l’incendie. Il a fallu 30 minutes pour brûler cette belle installation artistique au sol et le regarder brûler a été une expérience tout à fait incroyable!

Si vous n’avez pas eu la chance de le voir en direct, ne désespérez pas, un replay est disponible sur BBC 4 ! De nombreuses conférences seront organisées cette semaine sur Londres après l’incendie et certains sites auront des réductions jusqu’au 9 septembre donc… Il est temps d’aller à Londres pour une petite dose de British fashion, fish & chips, et l’occasion de vous plonger dans son histoire!

Mais comment le feu a-t-il commencé ? Qui en était responsable ?

Il y a 350 ans, le 2 septembre 1666 , dans une petite rue de Londres appelée Pudding Lane, le boulanger du roi Charles II parti se coucher sans éteindre son feu. C’était une coutume répandue à cette époque, elle permettait de pouvoir commencer la cuisson du pain le matin suivant sans avoir à rallumer le feu. Quelques heures plus tard, le four de Thomas Fariner avait pris feu et tout le magasin brûla avec sa bonne à l’intérieur. L’autre personne présente dans la maison parvient à s’enfuir en sautant par la fenêtre.

À l’époque, les rues étaient très étroites, et malgré l’interdiction récente d’avoir un toit de chaume, il est encore très fréquent d’en trouver à Londres. En raison des taxes sur le terrain, les londoniens construisaient leurs maisons en utilisant la plus petite surface possible au rez-de-chaussée et l’agrandissait à chaque étage , tant et si bien qu’à certains endroits les maisons pouvaient presque se toucher de part et d’autre des rues. 

Cette semaine-là, le temps était sec et le bois et le toit de chaume pris feu si rapidement que les gens du quartier ne purent l’éteindre. Alors que le feu se propageait, les gens tentèrent de l’éteindre avec des seaux. Voyant que la méthode a échoué, ils furent forcés de fuir et de chercher refuge sur la Tamise, réfugiés sur de petites barques. Le feu a continué pendant 4 jours, brûlant tout sur son chemin. 

Samuel Pepys, l’un des historiens de l’époque, a tout documenté. Il écrit que le feu fut finalement contrôlé lorsque par ordre du roi, le maire ordonne d’abattre les maisons pour créer des coupe-feu. À l’époque, chaque maison était censée avoir un « crochet coupe-feu », un outil qui permettrait aux locaux de démolir la maison dans l’éventualité où un incendie commencerait. Pour créer plus de “trouées”, ils utilisèrent même de la poudre à canon pour créer plus de fissures dans le feu. Finalement, l’incendie a été contrôlé et le 5 septembre, les habitants se réveillèrent dans les cendres brûlantes de l’incendie et purent aller inspecter les ruines de leurs maisons. Heureusement, il fit très peu de victimes, mais plus de 100.000 personnes se retrouvent à la rue, 84 églises et près de 14.000 maisons furent brûlées.

L’ancienne cathédrale Saint Paul fut complètement détruite donnant une chance à Christopher Wren de réaliser son rêve de construire une cathédrale. Si vous passez devant saint Paul, au-dessus de la colonne, vous verrez la sculpture d’un phénix, les ailes déployées, debout sur une pierre. Sur cette pierre, on peut lire l’inscription latine «RESURGAM». C’est une pierre trouvée par Christopher Wren dans la ruine de l’ancienne cathédrale. Quel visionnaire cet architecte! Effectivement il ne fallut que peu de temps pour que la ville de Londres ne renaisse de ses propres flammes, tel un phénix…  

Après l’extinction de l’incendie, le roi dû trouver le criminel ou du moins quelqu’un à blâmer…Le bouc émissaire était un pauvre français appelé Robert Hubert qui après avoir été torturé avoua un crime qu’il n’avait pourtant pas commis et fut condamné à mort. Par la suite on apprit qu’il était arrivé à Londres par bateau un jour après le début de l’incendie et que, par conséquent, il n’aurait pas pu mettre le feu à la ville… C’est à cette époque que l’interdiction d’avoir un toit de chaume à Londres devient une réalité. 

Le roi Charles ordonna la construction du Monument, une colonne de 62m de haut pour commémorer le plus grand incendie de l’histoire de Londres.

Cliquez ICI pour réserver notre tour de la vieille ville de Londres !!Vous pourrez découvrir les sites dont on parle dans cet article! 

Laisser un commentaire

Retour haut de page